102è Année - Un siècle d’information - www.lematinhaiti.com - Dernière mise à jour : 13/02/2014 14:53:09   22 Oct 2014-18h21
Mario Andrésol pressé de démissionner
Le directeur général de la police nationale d’Haïti (PNH) Mario Andrésol serait sous forte pression de la présidence qui lui réclame sa démission, avons-nous appris de source parlementaire. L’équipe de Michel Martelly qui promet pour le 18 novembre la mise en place d’une nouvelle forcée armée, voudrait entre temps réorganiser le Haut-Etat major de la PNH.
25/10/2011
Le directeur général de la police nationale d’Haïti (PNH) Mario Andrésol serait sous forte pression de la présidence qui lui réclame sa démission, avons-nous appris de source parlementaire. L’équipe de Michel Martelly qui promet pour le 18 novembre la mise en place d’une nouvelle forcée armée, voudrait entre temps réorganiser le Haut-Etat major de la PNH.

Mario Andrésol se trouve donc sur la sellette quelques semaines seulement après l’investiture suivie de l’installation d’un ministre de la défense nationale qui, aux cotés du ministre de la Justice et de la Sécurité publique, sera concerné par le sort et le fonctionnement de la police nationale. Ces deux ministres feront d’ailleurs parti du Conseil national de défense et de sécurité (CNDS), prévu dans le plan présidentiel de refondation de l’armée. Cette structure placée au sommet de l’Etat et présidé par le Chef de l’Etat, réunira au moins cinq ministres et aura un regard sur le fonctionnement du service d’intelligence, de la nouvelle armée et de la police nationale.

Dans ce nouveau plan de sécurité nationale, Mario Andrésol ne semble pas trouver sa place, lui qui pourtant a été plébiscité par le Sénat de la République en août 2009 après que sa reconduction ait été sollicitée par le président René Préval. Plusieurs observateurs et même des parlementaires, présentaient M. Andrésol comme un choix exclusif de l’international, notamment des Etats-Unis. Et pour preuve, le commandant en chef de la PNH rentré en Haïti en 2005 sur le gouvernement de transition est depuis à la tête de cette institution où il achève pour l’instant un second mandat de trois ans.

Au moment où ses collègues se montrent encore réservés sur la question, le sénateur Kelly Bastien prend les devants et dénonce les tractations de la présidence en vue d’obtenir la démission de M. Andrésol. « Le directeur général de la PNH a reçu un mandat du Parlement, la présidence doit respecter ce mandat et donner le temps à son titulaire de l’accomplir sans interruption ». Le sénateur dit craindre que les détracteurs de M. Andrésol n’aillent créer eux-mêmes l’insécurité pour seulement remettre en question la performance du directeur général de la PNH.

Récemment un conflit ouvert a opposé le directeur général de la PNH à l’inspecteur Fritz Jean qui a dû démissionner. L’arrestation suivie de l’emprisonnement de l’ancien commissaire de police de Pétion-ville Varnel Lacroix était à la base de cette mésentente au sein même du haut commandement de la PNH. Plusieurs autres policiers cantonnés à Pétion-ville sont jusqu’ici placés au pénitencier national, tout comme le commissaire Lacroix.

Plusieurs noms sont déjà cités parmi les potentiels remplaçants de Mario Andrésol. Le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) a récemment dénoncé la présence de plusieurs anciens policiers à réputation douteuse, dans les couloirs du palais national.
Eddy Laguerre
edgu85@yahoo.fr
Commentaires des lecteurs
Entrez votre mot de passe pour pouvoir commenter. Login | Enregistez-vous !
Add comments
 
 
 
neglib | 25/10/2011
Haiti d'Anacaona, jadis la perle; Haiti, belle femme, de ses entrailles engendrent beucoup trop de Judas Iscariote, trop de Conze, trop de Duvalier, trop de Sanette Balmir, de Ti-Boule, Prosper Avril, de Cedras, Michel Francois, Joseph Baguidy, Luc Desir, assez de Toto Constant, de Stanley Lucas, trop d'espions, trop de vendeurs de la trempe d'Osner Fevry, de Bluffeur
 
jojo | 25/10/2011
Vous les journalistes, vous constituez la principale force visant à déstabiliser le pays. Franchement à vous entendre et à vous lire, vous donnez l'envie de vomir. Vous l'avez fait sous le régime d'Aristide et vouis persistez encore. Vous affronterez sans doute le peuple haïtien dans les mauvais jours.
 
neglib | 25/10/2011
Haiti est une ile-prison. Les Americains nomment et congedient les restaveks commandeurs selon leurs caprices. Ils dirrigent Haiti comme une ecurie de ‘Zannimo shovay’. Apres le coup-d’etat de 1991, le major-jongleur etait ‘bourik-chaje’, Alvin Adams, ce dernier procedait lui meme au ‘rechoukay’ des anciens chefs de section et leurs aides de camp communement appeles ‘chouket-la-wouze’, le plus bas echelon de la hierarchie militaire (alors que la Constitution de 1987 les avait elimines, n’en connait point). Les Casecs, Bourik Chaje n’en voulait pas, Les Casecs etaient des elus. Je me souviens de ces noms qui font pleurer et rigoler a la fois: Rache Pwel, Siwolinn, Komandan Kraze Zo, Zo requin, Sadam Issen, Matchavel, etcetera et ra…Les vauriens vendeurs sousous flatteurs ne se souviennent pas, ne se souviendront jamais, jamais. Ils se connaissent, ces leche-culs. Les espions de l’ambassade americaine.
 
le neveu | 25/10/2011
C'est normal que le président veuille avoir son homme à la t^te de la police. Avec l'Armée (ou sa milice), le Parlement et le Conille, il aura tous les pouvoirs. Les journalistes (M Valet comme les autres) seront placés devant l'alternative de se taire ou de parler des petit poissons rouges! Ceux qui pensent connaître ce qu'est une dictature n'ont encore rien vu!
 
Yvin E. Fanfan | 25/10/2011
Il n’y a rien de mauvais de presser la démission de Monsieur Andrésol, bien qu’il n’ait pas été un mauvais chef de police. D’abord, il n’a jamais été donné le matériel nécessaire pour renforcer l’effectif du corps qui demeure bas parce qu’on prétend que le pays « n’a pas le moyen » en vue de perpétuer l’occupation de l’ONU et l’instabilité en faveur des intérêts personnels au péril du peuple haïtien. En même temps toutes ses recommandations d’enquêtes ont été foncièrement rejetées par le président « pié sal rené préval » au profit de ses chimères lavalass. Il pourrait avoir été même un héro national s’il fonctionnait dans l’administration de Martelly. Mais à notre grand regret maintenant l’heure arrive pour son départ. Que le président le retienne ailleurs, et nomme un nouveau chef de police pour aider à la justice à rétablir l’Etat de droit.
 
Edouin | 25/10/2011
La guerre des pédérastes
 
Edouin | 25/10/2011
Chacun aura pour leur grade. Tous ceux qui sont placés à une position décisionnelle et qui auraient dû s'opposer à une candidature de Martelly, un jour viendra où même un diplomate aura son "kolangèt manman'w. Ce ne que pure méchanceté d'avoir mis cet homme là où il est.
 
Edouin | 25/10/2011
Preval pensait qu'il était un roi en Haiti, le maître à tout faire, mais dès qu'il a menacé les progrès démocratique du pays on l'a juste donné du temps pour sortir par la petite porte de l'histoire d'Haiti. Cette petite porte n'est pas encore fermée à double tour, il ne faudra pas beaucoup de temps pour en faire sortir un autre enfoiré.
 
Cramoisi | 26/10/2011
Neglib pour t'aider a completer la liste toutes les fois que ceci serait une omission volontaire, j'ajoute aussi" Aristide djol kochon san manman" qui a vendu sans papier Haiti aux americains pou li te ka jwenn fanm grimel, ak ofisyalize komes dwog ak touye moun.
 
neglib | 26/10/2011
Il y a une categorie non-classique d'hommes ou de femmes qui s'accrochent aux 'bêtises', on les retrouve dans toutes les couches sociales. 'Mwen pap joure moun an prive a le we an piblik, mwen pap konverse ak moun ki oa gen klass'.
 
 
 
 
 
Recherche

Lematin  Google 
Video
 
Dernière Edition
 
Le matin hebdo